Deux nouveaux vaccins standard pour nourrissons et enfants en bas âge: pneumocoques et méningocoques

La Commission de vaccination permanente (STIKO) de l’Institut Robert Koch a mis à jour ses recommandations de vaccination et les a publiées dans le Bulletin épidémiologique 30/2006. Les principaux changements concernent les vaccins contre le pneumocoque et le méningocoque, qui sont maintenant recommandés comme vaccin standard pour tous les nourrissons. Le pneumocoque peut provoquer des infections localisées telles que des infections de l'oreille moyenne, des sinus ou des poumons. Les infections invasives sont particulièrement infectieuses chez les nourrissons et les jeunes enfants lorsque l'agent pathogène infecte d'autres organes par le sang ou provoque une méningite (méningite). L'incidence est fortement liée à l'âge et atteint son maximum au cours des deux premières années de vie et chez les personnes âgées (par conséquent, le STIKO recommande un vaccin antipneumococcique avec un soi-disant vaccin polysaccharidique pour toutes les personnes de plus de 60 ans).

Pneumococcie chez les enfants

Chez les enfants de moins de cinq ans, il existe environ 970 maladies invasives à pneumocoque par an, dont 680 sont causées par les variantes du vaccin. Le STIKO recommande un vaccin conjugué pour la protection contre le pneumocoque chez les enfants de moins de deux ans qui offre une protection plus durable. Pour une couverture vaccinale complète, quatre vaccinations sont concomitantes avec les autres nourrissons recommandés à l'âge de 11 à 14 mois.

Vaccin contre le méningocoque chez les tout-petits

Les méningocoques (Neisseria meningitidis) peuvent provoquer une septicémie ou une méningite, entraînant parfois la mort en quelques heures. Près de 700 maladies méningococciques invasives sont signalées chaque année au RKI, dont environ 175 sont causées par le type de vaccin contre lequel le vaccin est ciblé (sérogroupe C). Le vaccin est recommandé à une dose dès l'âge de 12 mois.

Jusqu'à présent, le vaccin contre le méningocoque n'a été recommandé que pour certaines conditions préexistantes. D'autres recommandations concernent les voyageurs dans les pays épidémiques / hyperémiques, en particulier en contact étroit avec la population autochtone, les agents de développement, le personnel de laboratoire en danger, les étudiants en séjour de longue durée dans les pays avec vaccination générale recommandée ou la vaccination sélective des élèves.

Partager avec des amis

Laissez votre commentaire